Quelle merveilleuse époque nous vivons !

Publié le 14 Août 2011

Blue Worm Hole

 

 

De tout temps, on nous a dit que nous allions vers quelque chose de nouveau, de grandiose, de faramineux, de stupéfiant. Mais, à force de nous engourdir dans un quotidien morose, nous serions tentés de battre en retraite ou d’abdiquer en ces temps si spéciaux.

Tous les idéaux tombent en lambeaux, toutes nos convictions sont bousculées, tout ce à quoi nous croyions ne tient plus la route. Tout s’effondre autour de nous et rien ne résiste à cette fameuse vague, qui nous submerge tel un tsunami.

Notre cœur sait que tout ceci est correct et dans la logique des choses prévues. Mais notre esprit s’efforce de garder le contact, de reprendre le dessus, de s’indigner sur ce qu’il se produit, pourtant rien n’y fait.

Que se passe-t-il donc ? Que nous arrive-t-il ? Comment faire pour surfer sur ces vagues qui ondulent de manière insolentes, nous narguant presque dans nos convictions profondes. Notre regard doit changer, il doit se modifier encore plus. Non pas en s’affinant pour mieux distinguer ce lendemain incertain, mais pour nous plonger tout doucement dans ce flou artistique qui doit nous permette de nous réveiller, tout en douceur, d’ici quelques mois à peine.

La force de cette période chamboule vraiment tout, même ceux qui se croyaient invulnérables aux mouvements, même ceux qui pensaient être bien ancrés sur cette planète, même ceux qui imaginaient déjà tout ceci à leurs manières. Nous ne pouvions pas nous attendre à tant de « chaos » même en ayant été préparés pour celui-ci.

D’un instant à l’autre tout s’écroule comme tout se rebâtit. D’un moment à l’autre on comprend une attitude, puis on est effrayé par une autre. On pense que notre chemin va être plus léger, plus doux, dans la mesure où nous avons compris un peu les tenants et les aboutissants de ce passage vers notre propre éclosion. Mais la vague déferle à une vitesse faramineuse, ne nous laissant rien pour nous agripper, nous implorant juste de trouver l’équilibre parfait, afin de rester debout et de profiter du spectacle. Bien évidement, il est difficile de ne pas être impliqué dans ce théâtre balayé par les vents contraires. Mais, en définitive, n’avons-nous pas fait tout ce voyage dans nos vies pour nous retrouver aujourd’hui, demain et dans les jours qui vont suivre, en train de contempler cette merveilleuse histoire que nous allons écrire tous ensemble ?

Ainsi, il y aurait donc une porte de sortie ? Nous pourrions redevenir spectateurs l’espace d’un moment ? Il suffirait juste de recouvrer nos esprits, de se remémorer le pourquoi de notre présence en ces temps parfaits. Et là, tout redeviendrait limpide. Mais, pour prendre ce recul aisément, il faut savoir laisser ceux qui ont choisi de s’engouffrer dans la vague, se noyer un peu, pour refaire surface plus tard, peut-être. Il faut se rappeler que chaque être a totalement et consciemment choisi le jeu qu’il désirait accomplir, et même les personnages qui en faisaient partie tout autour. Alors, si le jeu que vous expérimentez n’est pas à votre goût, rappelez-vous. Rappelez-vous que vous n’êtes pas obligés de vous en distraire, de supporter, de craindre, de subir ce qui ne vous plait pas d’expérimenter. Rappelez-vous que vous avez tous les choix. Celui de vous immerger dans la société qui s’effrite, de vous éloigner des villes qui s’embourbent dans leurs lourdeurs, de partir de l’endroit où vous êtes restés des années, pour vous poser dans un coin qui vous aidera pour fleurir à vous-mêmes. Plus rien ne sera « comme avant » d’ici peu. Mais il serait bien dommage de laisser aux autres la possibilité de construire ce nouveau monde sans vous. Il serait dommage de laisser gouverner des êtres qui n’ont pas envie de servir la conscience pure que vous portez dans votre cœur. Il serait dommage de ne pas assister vraiment à cette éclosion de toute beauté qui se prépare dans chaque cœur, chaque âme, dans et sur la planète Shan.

Pourtant, quoi que vous fassiez, qui que vous choisissiez, vous ne vous tromperez jamais. Et tout se mettra en œuvre pour vous offrir le meilleur de vos envies, et les plus beaux de vos rêves, même s’ils sont destructeurs, même s’ils sont inappropriés à qui vous êtes. Vous avez tous les droits et surtout vous avez enfin fini vos devoirs.

De très nombreuses fois, lors de vos multiples passages sur cette planète vous avez fait l’expérience du temps linéaire et vous avez joué, comme vous le savez, dans de multiples manteaux, et certains pas toujours lumineux. Mais cela vous a permis de voir, de sentir, de goûter à votre propre création.

Le temps des passages successifs et le temps du jeu est terminé. Est venu celui de la contemplation. Celui qui va vous offrir le feu d’artifice que vous avez commandé à Tout ce Qui est. Il va embraser les montagnes pour y déposer de la neige en été. Il va faire rugir la mer pour lui donner des allures d’océans fougueux. Il va assombrir le ciel de poussières d’étoiles. Et cette fête royale durera juste quelques instants. Le temps que votre merveilleuse Création, qu’est la Terre, revêtisse une nouvelle robe de soie multicolore et qu’elle dépose sur son dos les nouveaux venus. Ceux qui sont déjà parmi nous mais qui attendent de se montrer dans leurs robes de lumière.

Êtes-vous fin prêts à voir tout ceci avec des yeux d’enfants et d’enlever toute peur qui gâcherait cet avènement que vous attendez depuis des éons ?

Vous n’avez rien à faire. Vous n’avez pas à vous préparer d’une quelconque manière, juste à vous ouvrir à des tas de possibles. Vous allez peut-être laisser tomber votre profession, déménager, changer de compagnon de jeu, mais le plus merveilleux des changements sera celui de votre âme, car elle sera enfin libre d’éclore à sa réalité.

Vous vous verrez enfin tels que vous n’avez jamais cessés d’être : des dieux alanguis et fiers de leur création. Des êtres de pure beauté faits de lumière, de soie à l’aura changeante, et capables de créer sur l’instant leur désir profond. Vous l’êtes déjà, mais parfois, vous laissez encore aux autres le soin de vous le rappeler. Contemplez-vous, regardez votre immensité et reprenez votre pouvoir de décision, de matérialisation, de création en main. Tout peut, et doit, vous « obéir ». Que cela soit la température extérieure, les nuages, la nature, votre décor. Vous êtes, de toute éternité, des géants ! Voilà pourquoi ce plan vous a si souvent paru désuet et pas à votre « taille ».

Vous pourrez oublier tout ceci après l’avoir lu ou vous pourrez choisir de vous regarder dans une glace et de vous aimer. Vous aurez le choix d’avoir peur de tout ce qui « risque » se passer ou vous pourrez choisir de le vivre intensément comme si c’était la dernière fois que vous en profitiez. Vous pourrez choisir de ne pas croire, de passer votre chemin et de continuer à jouer à la fourmi perdue dans ce dédale de géants, ceux que vous pensez plus hauts et plus grands que vous. Mais vous avez aussi la possibilité de vous réapproprier les dons, les pouvoirs, les facultés, les possibles qui sont vôtres.

Ce temps actuel vous permet tout, durant quelques petits mois, quelques semaines. Alors, c’est le moment de faire des choix, de faire table rase d’un passé/présent qui ne vous convient plus. Et si un quelconque « ingrédient » manque à votre éclosion, soyez patients. Il vous sera donné de toute façon lorsque votre décision sera prise. N’oubliez pas que vous êtes l’Univers et que Celui-ci sait comment mettre tout en œuvre pour que vous puissiez continuer à jouer dans votre Création.

Alors, le jeu en vaut-il encore la « peine » ? Ou est-ce que le jeu va devenir votre plus grande joie ?

Même si nous nous comptons en milliard d’humains sur cette planète particulière, que sommes nous réellement, comparé à l’immensité de tout l’univers que nous avons oublié ? Ainsi, comme ce « temps » précieux nous file entre les doigts à chaque seconde, profitons de tout, profitons de nous, construisons notre demain et créons-le à notre manière, le plus beau possible. Et lorsque ce sera fait, nous pourrons inviter qui nous voudrons pour partager cette nouvelle expérience, car rien ne sera jamais plus comme avant. Il subsistera, tout de même, ce que l’on pourra appeler un plan parallèle, pour que tous ceux qui ne voudrons pas jouer avec la joie, la légèreté, le plaisir sans fin, puissent terminer leur expérience. Sachez juste leur dire « au revoir » puisque vous les retrouverez lors de votre envol, attendant patiemment votre retour, puisque le temps n’existe plus, hors de notre espace proche.

Je désire être une fée et, avec ma baguette magique, ensemencer l’Amour pur tout autour de moi, puis arroser celui qui est déjà dans mon cœur …

Et vous, que voulez-vous ?

Il est temps de choisir pour éviter de vous laisser surprendre par la rapidité de vos créations ….Tout est possible, maintenant !

 

Quelle merveilleuse époque nous vivons !!!

Rédigé par Pascale ARCAN

Publié dans #Se souvenir

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kate 30/08/2011 11:36


ma chère pascale
Ce texte est merveilleux et d'une ampleur de vérité qui t'envoie de bonne résonnance en soi .merci pour ce beau partage si lumineux.
Que ta journée soit angelique belle fée...


oliv 19/08/2011 15:02


^_^ bisous bisous !!!!!


Pascale ARCAN 21/08/2011 17:53



Poutous douxxxxx



chris d 15/08/2011 12:14


merci a cette "fee joyeuse" qui par ce beau texte nous invite a reveiller et utiliser nos talents artistiques de creation...je souhaite a chacun de belles decouvertes..pour ma part j essaie.... de
belles pensees pour toi pascale! chris d


nathalie Galavics 14/08/2011 21:50


Ton texte, Pascale, est merveilleux!!! Il résonne au fond de moi et exprime bien nos doutes, nos peurs parfois car nous avons oublié tant de choses!.......
Dans nos cellules sommeillent la vérité, la clarté de cet amour indéfinissable sur ce monde et tant d'amour!
Mon coeur se gonfle de joie à écrire de message...je dois me souvenir...
Je t'aime soeur de lumière, sont les mots et les larmes qui me viennent, doucement, avec une tendre chaleur...
Puisse ces quelques mots, écrit "maladroitement" avec de simples lettres, résonner aussi au coeur de cette belle famille que nous formons et formerons toujours pour l'avenir.
Ma tendresse vous accompagne tous et toutes!
Nathalie