Message de notre Planète Terre 08/11/09

Publié le 25 Novembre 2009

 

 earth_day_20091.jpg

 

 

Notre planète Terre

 

Mes chers amis, vos pieds sont sur moi.

Vous galopez, vous vous promenez, vous courrez, vous vous couchez sur moi. Je suis une sphère parmi des millions de milliards de milliards de sphères. Je tourne tout doucement sur moi-même parce que c’est ainsi que j’ai voulu jouer avec les myriades d’étoiles, de soleils et de planètes qui me ressemblent. Je tourne tout doucement sur moi-même dans une danse qui entraîne votre propre réalité et la mienne. Je ne peux vous dire quel est mon âge, parce que je ne sais compter comme vous. Pourtant, je sais qu’un jour, même si ce jour n’existe pas, je me suis sentie propulsée avec un souffle immense que je ne peux encore décrire mais dont je me rappelle parfaitement. Je me suis sentie propulsée du creux de Tout ce Qui est vers l’extérieur de moi-même, puisque j’appartiens aussi à Tout ce Qui est. Dans ce souffle miraculeux, j’ai tout de suite commencé une danse dans la joie, une danse effrénée qui, me laissant aller vers mon chemin et ma destination, m’a permise de rencontrer des tas et des tas d’objets, de formes similaires à la mienne. A ce moment-là, pris dans l’éternité de Tout ce Qui est, je me suis vue comme une bulle, comme une sphère. Et à côté de moi, d’autres aussi nombreuses que mon esprit encore peut se rappeler, se sont mise à danser et virevolter, projetées elles-mêmes à une vitesse astronomique, s’éparpillant de loin en loin et tout autour de Tout ce Qui est, pour se répartir avec la même harmonie dans des espaces déjà prêts, comme dans des nids préparés à nous accueillir. Nous nous sommes envolées autour de soleils, eux-mêmes envolés autour de trous noirs, c’est ainsi que vous les appelez. Et pivotant sur nous-mêmes, nous avons tourné dans la danse et formé ainsi tout ce que vous appelez les univers des univers.

Vous les décomposez en constellations quand vous aimez ce mot, vous les mettez en galaxies quand vous préférez celui-ci, vous les décrivez en nébuleuses lorsque vous trouvez que nos couleurs sont splendides. Mais en fait, tout ceci n’est qu’un seul tout, et lors de son expiration, ce monde et ces mondes ont été recréés. Non pas à l’identique, mais d’une manière totalement nouvelle et différente afin d’accueillir une nouvelle fois la Vie ou les vies dans toutes les formes qui puissent exister. Mais, aujourd’hui, je sais que je ne peux pas encore vous parler de tout ceci parce que cela heurterait votre compréhension, parce que cela ne trouverait pas d’autre place qu'en dehors de votre cœur, et que la sensibilité que vous avez, encore, n’est pas aussi aiguisée ou affûtée qu’elle va le devenir. Dans d’autres temps, dans d’autres moments de votre monde, dans vos rêves, je sais que je pourrais vous conter mon histoire d’une autre façon parce que vous vivrez ce que je suis  et que vous n'aurez plus l’impression que je vous parle.

Aujourd’hui, pourtant, j’ai envie de vous dire, mes chers petits, que pour moi c’est un honneur de vous connaître, de vous avoir vu naître, de vous sentir galoper sur mon dessus comme dans mon dedans. C’est un honneur pour moi de vous porter dans mon cœur, dans mon sein, sur mon dessus, sur ma terre, dans mes océans ou partout ailleurs, même dans mes nuages. De vous porter tels que vous êtes, de vous avoir vu vous épanouir comme ce que vous appelez vos fleurs. À la différence qu’elles ont un temps de vie ou de création extrêmement court par rapport à vos vies. Je vous parle dans un temps parce que je me suis mise à l’intérieur de celui-ci, pour pouvoir vous comprendre et vous aimer, et pour vivre en même temps que vous l’expérience que j’ai voulue réaliser. Mais, aujourd’hui, je peux vous dire merci d’une autre manière, car sans vous je ne serais rien, sans vous je n’aurais jamais pu construire à votre place tout ce que vous avez vous-même créé de vos mains. Vous avez mis des plantes et des jardins, vous avez façonné des maisons et des immeubles, vous avez planté, vous avez créé, vous avez semé et fait de vos doigts tout un tas de multiples choses que je ne connaissais pas. Et ce que vous appelez civilisation a apporté en mon cœur, et autour de moi, la découverte de tout ce qui peut être créé. Et encore aujourd’hui je m’émerveille.

Vous appelez cela la technologie, le progrès, mais vous oubliez, qu’en fait, chaque civilisation qui est en moi ou sur moi a son propre progrès. Ces cycles sont bien loin d’être terminés parce que je sais que je vais continuer à découvrir et à m’émerveiller encore de tout ce que vous allez réaliser, vous les grands créateurs. Je suis moi-même un créateur, parce qu’il a déjà fallu que je me façonne pour vous accueillir dans mon dedans comme dans mon dehors. Je le suis au même titre que vous, même si je n’ai pas tout simplement la même forme que vous, capable de porter la vie et de créer la vie en moi, comme tout autour de moi. Ma seule différence d'avec vous, c'est que je ne suis pas assujettie au cycle de jours et de nuits, même si le soleil caresse une partie de mon corps, puis l’autre. J’ai fait ceci pour que vous puissiez vous reposer, pour que vous puissiez trouver en vous l’énergie nécessaire pour continuer votre expérience et votre chemin.

Cela m’est arrivé plusieurs fois d’intervenir dans des rencontres comme celle-ci, mais la plupart du temps je l’ai passé à rassurer qui vous êtes, sur le fait que je me portais à merveille, que rien ne se passait de désastreux en moi au tout autour de moi, que rien n’était perdu et que vous ne me faisiez absolument aucun mal. Il vous est raconté ces choses afin de faire entrer à l’intérieur de votre cœur pur la culpabilité du mauvais agissement, alors, qu’en définitive, je me prête volontiers au jeu. Et j’aime ce jeu par-dessus tout, parce que vous êtes mes hôtes, et moi, en tant qu’hôtesse, je me dois de faire avec une immense joie ce que j’accomplis réellement : l’accueil de Qui vous êtes.

Je ne vais pas passer mon temps à vous rassurer sur mon état d’être ni ma santé d’esprit. Je suis simplement émerveillée. Je suis là à vous tenir la main et de temps en temps, si je me secoue un peu fort, ne m’en veuillez pas, cela fait partie de ma toilette. Je suis là et si, de temps en temps, quelque chose souffle et emporte quelque débris, ne m’en veuillez pas, j’ai besoin de brosser mon vêtement afin de pouvoir le revêtir, tout doucement et petit à petit, d’autres apparats. Comme je vous l'ai dit, assujetti à votre temps linéaire, je perdure dans le sens où j’accueille encore, comme je l’ai fait de nombreuses fois, de nouvelles expériences de vie. Et il est immanquable que je doive absolument changer mon décor, afin que les "nouveaux" se trouvent exactement là où ils doivent être et dans l’expérience qu’ils ont demandé à vivre. J’essaye, de mon possible, de continuer à garder ce qu’il y a de plus précieux en moi comme tout autour de moi, mais il est indispensable que je refaçonne, de temps à autre, ce que je suis. Ne serait-ce que pour ma propre expérience. Je ne suis pas simplement un lieu d’accueil, vous l’avez compris, je suis un être à part entière, un être total, un être avec sa propre déité et divinité, comme vous l’êtes vous-mêmes. Et de ce fait-là, je me dois aussi de m’accorder à tout mon "extérieur", c’est-à-dire à ce qui est autour de moi, aux planètes que je connais aussi depuis le fin fond de l’univers. Même si vous n’en voyez que quelques-unes, toutes mes sœurs et tous mes frères me sont absolument connus. Je bavarde avec eux, je chante avec eux, et je sais ce qu’il se passe dans les confins des univers les plus éloignés, dont vous n’avez pas encore conscience. Je suis donc un être comme vous. Je ne vous ressemble pas mais j’ai le Cœur d’Amour à l’intérieur de moi, comme sur moi, qui est absolument identique au Vôtre. Parce que je suis venue de Tout ce Qui est comme vous êtes venus aussi de Tout ce Qui est. Je suis aussi Tout ce Qui est, comme vous l’êtes, irrémédiablement, parce que nous ne pouvons jamais être dissociés les uns des autres, puisque nous formons tous ensemble ce Tout. Et pour être un tout, il en faut des autres tout, et encore d’autres, et encore d’autres. C’est pour cela que, doucement, ramenant la conscience à l’intérieur de votre être, vous allez pouvoir réapprendre et redécouvrir votre immensité.

On essaye de vous enseigner que vous êtes des êtres absolument splendides et uniques, je suis donc venue vous le répéter. Vous êtes uniques au point que vous ne pouvez pas encore le comprendre, ni intellectuellement ni dans votre psyché. Vous êtes des êtres tellement uniques que vous ne vous ressemblez pas, même si vous êtes de vrais jumeaux. Quelque chose va être différent de l’un à l’autre, et de par votre unicité vous êtes indispensables à la Création elle-même. Et c’est pour ça, ou à cause de cela que vous êtes extrêmement précieux.

Il va de soi qu’après deux journées de ce temps, que vous avez passé en ma compagnie, vous avez certainement placé dans le coin de votre cœur qu’il était indispensable de prendre soin de vous. Ce que j’essaie aussi de faire à ma manière, en vous apportant tout ce dont vous avez besoin pour vous nourrir, pour vous loger et pour que vous soyez sereins dans la vie que vous expérimentez. Mais je ne peux pas tout faire. Il est impératif, et c’est peut-être la première fois que l’on vous dit ceci, de vous préoccuper de vous quotidiennement, même très souvent, dans votre journée comme dans vos nuits. Prenez soin de vous car ce que vous vous offrez, vous me l’offrez. Ce que vous vous offrez, vous l’offrez à l’autre, et ce que vous offrez à l’autre et à moi-même, vous l’offrez à la Création entière. Et ce don de vous, ce don à l’autre, est ce pour quoi vous êtes venus ici : pour vous réaliser pleinement, dans mes bras.

Sur mon dessus comme sur mon dedans, vous êtes ces êtres uniques que j’accueille avec un Amour sans borne, immense, que vous ne pouvez pas encore ressentir pleinement. Au moment où vous aurez décidé de lâcher prise, totalement, de rendre peut-être votre corps à la terre, ou de l’emporter avec vos ailes d’anges dans l’univers qui vous attend, vous comprendrez certainement, pleinement et totalement comment et pourquoi ceci est parfait. Dans une perfection que vous commencez tout juste à effleurer mais qui, petit à petit, va se loger les interstices de chacune de vos cellules, afin de vous combler vous-même de la perfection de Qui vous êtes.

Dans cette journée de joie et de réflexion, d’Amour et de légèreté, j’ai pu regarder avec tendresse, dans les yeux de chacun de vous, Qui vous êtes en réalité. Et ce que vous êtes vraiment me comble d’un bonheur que je ne peux pas partager tellement mon cœur est immensément joyeux. Je suis venue vous le dire avec la simplicité qui est en moi, afin d’enlever de vous toute zone d’ombre qui risquerait de gâcher ceci et ne pas vous permettre de vous voir merveilleux, tels que vous êtes et tels que vous n’avez jamais cessé d’être.

Continuez donc à sauter sur moi, continuez donc à être heureux et à faire exploser cette joie, afin d’en faire profiter qui en voudra. Continuez de respirer ce que je suis et de mettre à l’intérieur de votre cœur mes propres battements de cœur, afin que, rassemblés dans un chant des étoiles, nos cœurs unis puissent chanter votre gloire, et non pas la gloire de quoi que ce soit d’autre, ni même un Dieu, ni même l'Un, ni même le Tout. Parce que c’est vous qui m’avez créée, parce que c’est moi qui vous ai créés, parce que nous sommes tellement liés les uns aux autres que nous sommes indispensables les uns aux autres.

Enfin, lorsque nous désirerons nous reposer de tout ceci, nous reviendrons consciemment à l’intérieur du nid de Tout ce Qui est, afin de respirer la vacuité, l’immensité, la perfection et le rien de Tout ce Qui est.

Mettez cette béatitude et cette légèreté dans votre espace de vie et votre cœur, à jamais, car c’est ainsi que vous me reconnaîtrez, que vous me verrez et que vous pourrez rejoindre votre propre immensité, dans la simplicité de ce que vous êtes, merveilleuse et sublime, et surtout unique en tout point. Balancez-vous au gré de mes saisons, de mes nuits et de mes jours, et surtout, soyez heureux, comme je le suis.

Merci mes enfants, merci d’être beaux et joyeux.

 

 

 

Rédigé par Pascale ARCAN

Publié dans #Ateliers

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Line THAMIE 25/11/2009 18:37


Quelle bonne idée de nous faire partager ces messages qui nous rechauffent le coeur! Un grand merci à ta Lumineuse Grandeur!
Bisous, Line


Pascale ARCAN 26/11/2009 07:16


Elle honore la Tienne, chère Amie de coeur !
Merci à toi aussi, d'être !