La Peur, cette douce ennemie...

Publié le 23 Février 2011

 

 

La Peur, cette douce ennemie

 

Le chemin, vers notre Splendeur, progresse de jour en jour. Il y a de belles âmes qui s’éveillent tout doucement à leurs magnifiques réalités et d’autres qui regardent avec tendresse l’éclosion de ces jeunes pousses divines.

Pourtant, il existe un écueil qui fait trébucher chacun d’entre nous, à un moment de notre existence : la peur.

Cette douce ennemie s’immisce à chaque fois que l’on laisse la porte de notre vigilance entrouverte. Et, des peurs, il y en de mille sortes : « la peur de vieillir, celle du manque, de ne pas être à la hauteur, de mourir, d’être pris an milieu de conflits qui ne nous regardent pas, de se laisser aller à l’amour, de se tromper de route, d’être laissés pour compte, abandonnés, d’être malades, de souffrir, de ne pas être aimés … ». La liste est longue, très très longue.

Pourtant, si l’on veut bien se pencher sur tous ces états d’âme, sommes-nous certains d’être aussi vulnérables que nous le croyons ?

Ce gros caillou posé sur notre route, et qui nous empêche parfois d’aller plus loin, est là simplement pour nous permettre de faire une halte. Il nous intime à l’introspection, au recueillement, mais sans aucun jugement pour nous-mêmes. Juste le temps de regarder ces peurs, de les disséquer, de les comprendre, de les apprendre pour mieux les apprivoiser si ce n’est les défier.

La plus merveilleuse des questions que nous oserions poser serait : « Que risquons-nous ? ». Si nous sommes honnêtes et si nous ouvrons grand notre cœur, la réponse sera immédiate : rien !

Nous sommes immenses au point de ne plus voir nos limites, mais juste celles que notre décor nous propose, ou les personnes qui parlent fort et qui risquent influencer notre quiétude. Mais est-ce vraiment encore temps de nous terrer pour ne pas être troublés par les craintes des autres, par les discours mensongers que l’on nous rabâche, sur nos écrans ou dans nos quotidiens ? Je pense, tout au fond de mon être, qu’il est temps d’en rire. Il ne s’agit pas de devenir des reclus qui vivent à l’écart de tout, car ce serait nier nos choix d’expérience. Mais plutôt de contempler tout ce décor qui nous entoure et de le démystifier.

Nous sommes des êtres de pure Beauté et nous sommes en expérience sur ce plan terrestre, parce que nous l’avons choisi corps et âmes. Nous somme censés nous amuser dans ce rôle de pure composition et j’ose dire de pure fiction. Car chaque être interprète avec majesté ce qu’il a prévu de vivre et chacun est à sa juste place.

Alors, lorsque mon regard se tourne, de temps en temps, vers mon poste de télévision, je remercie ces êtres qui jouent à merveille les acteurs de la peur, de la tristesse, de la désolation, de la crainte, du péril dans lequel ils croient nous ensevelir. Je les remercie de jouer si bien, mais je ne peux pas faire partie de leur bac à sable. Tout mon être reconnait ce divertissement qui n’est pas le mien. Qui n’est pas le nôtre.

Lorsque je contemple de beaux reportages ou de belles images de ma  planète, je suis immensément heureuse de me balader sur elle, et ne crains pas le moment où je déciderai de m’en séparer. Ce sera l’instant choisi pour laisser ma place à ceux qui attendent de s’investir dans un temps comparable à un fil qui se déroule sous les yeux des artistes. Moi, je rejoindrai l’infini que je n’ai pas quitté. Mais aucune crainte ne transparaitra, du moins, je le souhaite vraiment.

Aujourd’hui, je vous appelle de toutes mes forces, afin que vous reconquériez votre majesté et que vous tourniez votre regard vers la Beauté infinie de vos paysages, vers la douceur d’être, même au milieu des frictions du jeu des autres. J’aimerais que vos cœurs redeviennent légers et surs de leurs pas vers cet à-venir que vous avez choisi d’expérimenter. Et si vous me lisez, c’est certain que vos choix d’expériences vous dévoileront toute la créativité qui attend encore de s’exprimer, de vos pensées, de vos mains, de vos actes, de vos désirs profonds, de votre Amour.

Car, il serait bien dommage d’avoir oublié que vous êtes des Dieux, que vous êtes éternels, que vous êtes pure lumière, que vous êtes … de toute éternité.

Que peut-il donc vous arriver ?

Reconnaissez vos peurs comme je vois les miennes. Aimez-les lorsque vous en ferez le tour et que vous sourirez de les voir s’accrocher encore à vous. Puis, lorsque vous serez prêts, lancez-vous et investissez votre terrain de jeu, qu’est la Terre, afin de profiter de ses joyaux. Allez flâner dans les coins que vous ne connaissez pas encore. Ramassez de beaux cailloux dans vos poches. Promenez-vous sur les plages, escaladez les montagnes, sentez les fleurs et les océans, rejoignez des amis qui, comme vous, aiment la Vie et la remercie. Car le temps est venu de vous faire plaisir, de vous faire du bien, de vous offrir le bonheur simple que vous méritez.

La période de la contemplation ou des hésitations est terminée, puisque la Vie vous attend les bras grands ouverts. On ne peut pas être surpris en restant chez soi, on ne peut pas être ébahis de toute la beauté infinie qui nous entoure à travers un poste de télévision. Ne gardez rien, juste le minimum qui vous fait plaisir et partez à l’aventure de votre vie, et non pas de celle que les « gens d’en face » vous proposent sans vergogne.

Rappelez-vous, vous êtes immenses, sans limite, porteurs de la plus belle des lumières qui puisse exister : celle du Tout, celle de l’Amour !!

 

Le papillon, que vous êtes, sort de sa chrysalide et au printemps de sa vie, volette de fleur en fleur afin d’y déposer tout l’Amour de son cœur …

Comme vous êtes beaux ! Comme vous êtes immenses ….Je vous vois ! 

 

 

14601i.jpg

Rédigé par Pascale ARCAN

Publié dans #Se souvenir

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Elisabeth 26/02/2011 12:54


La Peur généralement s'installe dans l'enfance.. et on apprend comment faire pour les contourner... souvent d'ailleurs en volant l'énergie des Autres.. mais nous n'en sommes pas conscients, bien
évidemment.
Oui, je le crois, Pascale, nous devons les regarder en face nos peurs, les laisser venir à nous... les laisser nous traverser, car après , il ne restera que Soi, Rien que Soi....
Et regarder aussi la construction dans l'enfance.. pour pouvoir s'en défaire... et ensuite être Juste SOI...
Enfin c'est un très bel article.. Pascale, merci infiniment, avec tout mon Amour...


Béné 25/02/2011 21:40


Alors chiche on va à la chasse aux trésors. J'ai déjà trouvé un magnifique champignon en forme de coupe d'un orange vif au bord de notre ruisseau. Merci de nous inviter à vivre.


Pascale ARCAN 26/02/2011 07:52



N'est ce pas pour "ça", vivre, que nous sommes ici haut ??.. car ici bas n'est plus d'actualité, petite fée clochette !!



Domi 24/02/2011 09:46


Comme tu as raison Pascale,
un petit retour dans ' mon moi', m'a fait beaucoup de bien.
Merci
Gros bisou
Domi


Pascale ARCAN 24/02/2011 10:34



Comme ton Toi a du être heureux !!


Moi je le suis de te savoir si proche de mon coeur .... Gros bisous doux ! Vous me manquez !!



Christel 23/02/2011 20:32


Merci Pascale pour ce très beau message !....A bientôt !...Bisouuuuuu


Pascale ARCAN 24/02/2011 13:14



Avec toute ma joie du partage d'émotions.. à nous de nous transformer en une belle gare de triage... tout en douceur !