Je suis une Etoile, atelier de Paris, Mai 2011

Publié le 2 Juin 2011

etoile-filante 

Je suis une étoile !

 

Ne cherchez pas mon nom, car aucun de vos télescopes, même les plus performants  n’ont encore regardé ma robe de lumière et donc ne m’ont pas baptisée avec des chiffres ou des lettres. Je suis invisible à vos yeux, autant qu’à vos lunettes télescopiques ou autres, mais Je suis et je fais partie de la Vie. Cette vie que vous découvrez de plus en plus dans son immensité, dans son amplitude, dans sa vastitude, dans son infinitude.

 

Je suis une sphère de vie parmi tant d’autres. Je ne ressemble pas à votre espace « terre », je n’ai pas les mêmes fonctions, je ne suis pas de la même couleur, mais je Suis, je pense, je crée, je bouge, je respire.

 

J’aimerais vous dire que, d’ici quelque temps de votre temps linéaire, vous pourrez prendre connaissance de l’existence faramineuse et surtout merveilleuse de tous ces plans de création. Vous n’aurez plus besoin de catégorifier -ce mot n’existe pas dans votre langage- ni de classer non plus en disant : ceci est une nébuleuse, ceci est un amas en formation, ceci est une étoile en train de mourir, ceci est un astre qui abrite simplement la chaleur, et j’en passe. Car, cette diversification ne fait encore que morceler l’immensité Que vous êtes dans une unité. L’unité de la beauté que vous appelez aussi, où que vous personnifiez aussi, sous le nom de Dieu, du Créateur, de Tout ce Qui est. Ce sont vos mots et je les respecte. Pourtant certaines personnes, ici présentes, sont allées au-delà de cette manifestation que vous avez nommée ou créée Source, avec divers étages, avec diverses fonctions, avec des plans subtils, parallèles, avec des dimensionnements infinis. C’était une approche presque réelle et pourtant il reste encore tant derrière, que vous ne connaissez pas. Vous avez placé la création et de l’autre côté, vous avez mis une ligne de démarcation vers un incréé, ou une création Une, et au-delà, il existe encore autre chose.

 

Dans l’infini de cet univers immense, incommensurable, mais qui, pour moi, me paraît tout petit, imaginez simplement sa respiration, son expansion, sa création, son endormissement comme s’il repliait tout ce qu’il a créé à l’intérieur de ses immenses ailes, pour s’endormir. Puis, ré ouvrir dans un souffle, éternel et puissant, de nouveau ses ailes, afin de déployer toutes ces bulles et ces sphères de lumière. C’est ainsi que la Vie s’anime, se déploie et se contracte, s’expanse et se rétrécit, se regroupe et s’éparpille infiniment, infiniment.

 

Ne pensez pas que cette planète, sur laquelle vous êtes, est quelque chose de défini et qui a un début et une fin. C’est votre temps, c’est votre espace qui vous fait penser à ceci, car elle, comme les autres sphères d’accueil, revient dans le giron de Tout ce Qui est, pour se reposer, pour se régénérer, se transformer, même peut-être complètement, ou même pour ne pas revenir, parce qu’elle ce sera « autre chose ».

 

Chaque univers et chaque beauté qui s’exprime n’est jamais le même, n’est jamais la même. A chaque fois que la respiration de la création se fait et que de son expir se propulsent des perles de lumière, toutes ces perles sont différentes.

 

Enlevez toute peur, toute angoisse de votre cœur, disant : « est-ce que je vais, durant cette expérience, connaître ce phénomène ? ». Bien sûr que non ! Le temps dans lequel vous êtes, ne vous permets pas réellement de vous sentir concernés par ce moment précieux. Mais j’aimerais vous dire, juste pour un peu brouiller encore votre mental et vous poser d’autres interrogations, que vous y participez tout de même activement.

Quelques-uns, parmi vous, savent que vous avez revêtu, comment dirai-je, un corps de chair et de lumière, et que vous focalisez cette attention tout particulièrement sur celui-ci. D’autres parmi vous encore, commencent à s’intéresser à autre chose et se disent qu’ils ne sont pas simplement qu’un être qui marche et qui comprend et qui créé à sa manière, mais qu’ils sont aussi Toute la création. Un jour viendra où chacun d’entre vous, et beaucoup de vos semblables, auront compris cette manifestation et donc n’auront plus besoin de venir s’amuser dans cet espace-là ! Où vous vous êtes rendus tous amnésiques de votre grandeur et de votre beauté, afin de mieux vous immerger dans une densité toute particulière. Alors, si j’ai vraiment quelque chose à vous dire c’est : jouez, jouez bien sûr à vous rappeler, mais que ce rappel, à l’intérieur de votre cœur, ne vous empêche pas de jouer à l’humain, à l’être de corps de chair et de lumière, à vous amuser chaque jour avec ce que vous avez tout autour de vous, avec les êtres, avec les choses que vous avez fabriquées pour vous trouver à l’aise ou vous faire du bien. N’oubliez pas d’être humains, de vous régaler de la vie, d’apporter votre sourire de lumière à ceux qui en ont envie et non pas à ceux qui en ont peur, et d’être dans la joie.

 

Parfois, vous avez entendu ou lu dans des écrits que beaucoup d’entre nous vous enviaient et vous regardaient avec délice en vous disant : « comme j’aimerais bien être à ta place », simplement parce que le jeu du « Je » est la chose la plus magnifique qui puisse être. Pour autant, ne croyez pas que je m’ennuie dans mon espace, bien au contraire. Je suis afférée à m’émerveiller de la Création et cela prend tout mon temps dans ce temps qui n’est pas.

 

Sphère de lumière et sphère d’accueil que je suis, je suis venue vous rappeler que vous êtes aussi moi, dans cette éternité subtile et fabuleuse que je créée moi aussi. Je ne crains pas de m’endormir à ce Que je suis, car je sais qu’au réveil, je me propulserai de nouveau dans une nouvelle aurore d’étincelles, et ainsi sera la vie depuis la nuit des temps qui n’existe pas et sans fin, à jamais. Alors, l’unique question que je voudrai vous poser est celle-ci : « De quoi avez-vous donc peur ? »

 

J’embrasse chacun de vous, j’illumine chacun de vous, je caresse doucement chacun de vous, et lorsque vous repenserez à moi, j’espère de tout cœur que vous vous rappellerez que, vous aussi, vous êtes un soleil, une planète, une sphère et que vous êtes aussi La Création, comme je le suis.

 

Amusez-vous, amusez-vous dans votre rôle d’humain qui se réveille à Ce Qu’il Est !

 

 

PS: retrouvez dans "mes Pages", les 2 autres messages, celui de Sananda et celui de Caramiel, le Nounours, reçus à l'atelier de Paris en Mai 2011...

Rédigé par Pascale ARCAN

Publié dans #Se souvenir

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Maryline 02/06/2011 15:41


C'est un vrai régal de lire ces messages pleins d'amour, de beauté, etc... merci Sananda, merci Caramiel et son compagnon, merci Pascale.