Je suis ce que je suis

Publié le 17 Janvier 2013

    une_goutte.jpg

 

Je suis ce que je suis

 

Combien de chemins ai-je suivis depuis ma renaissance sur cette Terre d’accueil ? Combien de définitions de la vie, ai-je appris ? Combien de routes m’a-t-on proposées de suivre ? Combien de fois me suis-je perdue pour me retrouver encore ?

Tant et tant de questions qui me font réfléchir chaque jour au bienfondé de mes actes, de mes pensées, de mes valeurs, sur ce chemin qui se déroule sans fin, sous mes pieds curieux et parfois craintifs.

Je me rappelle d’où je viens, de cette illusion collective que j’ai voulu  expérimenter. Mais je ne sais pas vers où je vais progresser, ni comment, ni même si je serai accompagnée de ceux qui me ressemblent, ou de ceux qui jouent encore dans la cour de récréation du silence des âmes.

Beaucoup, tout autour de moi, continuent à créer leur monde de fiction, en relation avec leur perception du moment. D’autres s’enlisent dans des méandres de la gourmandise du savoir, mais ne peuvent l’intégrer ou l’appliquer dans leur réalité. D’autres se sont assis au bord de cette route, et me font signe qu’ils préfèrent en rester là, car tout est devenu trop compliqué.

Il est vrai que se laisser porter par les actualités de la télévision, par les jeux de hasard, par les longs métrages de fictions, par les besoins multipliés chaque jour, qui essaient de nous rendre cette vie plus belle, plus colorée, plus légère, est une expérience des plus pénible, des plus tragique. Car elle m’éloigne volontairement de Moi-même.

Mais à qui ou à quoi sert tout ceci ? Puisque chaque forme d’expression a son « utilité », même s’il nous est pénible de les accepter ou de les comprendre toutes. A quoi sert donc de vivre ? Au milieu des malaises, des affrontements, des mensonges médiatiques, des amis qui souffrent ou d’autres qui mettent fin au jeu ?

Chacun d’entre nous est capable de trouver « sa » réponse. Car nous sommes bien des individus, indivisibles, et pourtant totalement distincts au milieu de ce monde qui aime nous faire croire à notre désunion.

Nous sommes le Je dans le jeu et notre immense cour de récréation est le décor qui nous entoure.

Ainsi, que voulez-vous changer dans votre vie, que voulez-vous modifier ? Que préférerez-vous garder sans qu’il y ait la peur du manque ou celle du vide qui risquerait s’immiscer dans votre plénitude ?

Dans le secret de votre cœur, faites vos choix. Puis, lorsque vous ouvrirez la petite fenêtre de celui-ci, votre raison aura disparu pour laisser la place à votre passion, à votre Amour, à votre Beauté.

Dès lors, vous vous réveillerez vraiment dans la Splendeur que vous n’avez jamais cessée d’être : Vous, tout simplement.

 

Un jour, la petite fille que je suis a rêvé. Elle est devenue fée, lutine, amoureuse, maman, femme, et tout d’un coup, étoile parmi les étoiles, contemplant la beauté de cette Création magique. Cette Beauté que nous avons tous connue et que nous gardons bien en secret dans le Cœur infini. Celui qui ne cessera jamais de battre à l’unisson avec l’Amour, la Vie, le Tout, Vous et Moi, tout simplement…

 

Voulez-vous entamer ce voyage du retour avec moi ?

 

Publication sur la Presse Galactique (Chronique hebdomadaire)

Rédigé par Pascale ARCAN

Publié dans #Se souvenir

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

antao de gaia 19/01/2013 13:25

Je suis celui qui sera ! Car je suis cocréateur du jeu divin de la vie.
Et à ce propos, l'esprit de ton mot résonne avec le nouveau départ que je me prépare.

J'ai décidé de sauter encore une fois du haut de la falaise comme dans le compte bouddhique où un chercheur d'éveil se jette dans la gueule du "monstre" qui va le manger en échange d'un
enseignement qui lui donnera l'illumination. Et quand il saute de la falaise, il est recueilli doucement par la main de Bramha qui s'était déguisé en monstre et qui lui révèle alors un mantra
"parfait" pour lui.

Concrètement, en mai, je quitte complètement le lieu où j'habite pour partir dans un grand et long voyage en maxi-scooter vers l'Algarve et rejoindre comme woofer une ferme bio, et bodysurfer
sur
la côte sud-ouest.

Je pars à la rencontre de "moi-même", toujours et encore, en me détachant des attaches matérielles, avec pour bagage le minimum, et surtout, ma foi en l'harmonie, la bonne fortune, la beauté et
tout ce qu'il y a de bon pour moi de toute éternité. L'expérience m'a appris que l'audace, le courage, la détermination et la confiance créent les synchronicités favorables à l'épanouissement
de
mes rêves et désirs.

Life Love Light & Unity
Antao

Pascale ARCAN 21/01/2013 20:29



coucou Toa, quelle belle idée, tu m'emmènes ? je viendrais bien avec toi, en ballade sur notre magnifique sphère !


Bisous, en attendant, de Pascalou



Dominique 18/01/2013 09:52

Comme j aimerai te suivre Pascale.
Mais en se moment j'ai l'impression d'avoir les pieds pris dans la glace, et je suis figèe.
J'attends le SOLEIL.
Gros bisous à toi .
Domi

Pascale ARCAN 10/02/2013 14:49



Au fait, quand est-ce que l'on se revoit ? cela fait si longtemps !!!! quel dommage, car nous sommes si bien ensemble .. à méditer et à créer !! Bisesssss



Sirilo 18/01/2013 08:42

Merci Pascale.
La Beauté de ces "hé cris" résonnent temps Moi ici et "mains tenant".
Oui je reste sur le che"mains" et j'avance "m'aime" si par "mots m'en" je ressens de l'UNpatience, un manque d'enthousiasme ou UN manque de confiance.
Oui JEU reste.
Merci pour nos "JEux suis".
Cyril

Oliv 18/01/2013 00:58

bien sur ! :) mouaaaaaah

Pascale ARCAN 18/01/2013 08:33



 Tu es un Amourrrrrrr Touaaaaa !



Thealler 17/01/2013 20:27

Bien volontiers ! on part quand et comment ?

Pascale ARCAN 18/01/2013 08:34



     Tout de suite, fais tes valises ....