Et voilà que ça recommence ...

Publié le 15 Septembre 2012

DSC02188.JPG

Et voilà que ça recommence !

 

Vous rappelez-vous de cette histoire extraordinaire, qui a fait fleurir un marronnier en  plein mois de septembre, l’année dernière ?

 Et bien, photos à l’appuie, je vous le présente encore cette année !

Il est unique en son genre et bien qu’au bord de la route, personne ne s’extasie sur le fait qu’il recommence son année, alors qu’il devrait s’endormir au bout de ses branches fatigués et rouillées.

Que dire ? Quoi penser ?

 

Nous avons traversé l’entrée de ce nouveau tunnel qui nous mène vers cet absolu que l’on désire tant vivre. Mais, quelque part, nous sommes encore coincés dans cet hier qui n’en finit pas de nous tirer par la manche. Rien n’est vraiment terminé et rien n’est vraiment commencé.

Bien sûr, des prémices du nouveau monde se manifestent de temps à autres et nous laissent sans voix, tant le sublime peut dépasser tout entendement. Mais, d’un autre point de vue, il est difficile de réaliser ce qui a vraiment changé, car nos politiques sont égaux à eux-mêmes, et notre catastrophisme a même entamé la joie de vivre de certains « ainés », adeptes des choses de l’esprit.

En fait, nous ne sommes ni dans hier, ni dans demain. C’est ainsi que nous voguons dans ce sas, cet entredeux étroit, parfois sombre et douteux.

Pour « preuve », notre difficulté à se stabiliser et à rester zen longtemps.

Nous sommes assujettis aux caprices de la Lumière, qui voudrait absolument notre monter que le beau de la Vie et, d’un autre coté, nos préoccupations actuelles, dans notre tous les jours, nous plombent encore plus fort.

Plus de travail, plus assez d’argent, des familles qui se disloquent, des heurts qui ne devraient jamais avoir existés, des mondes qui se désarticulent et d’autres qui s’entretuent au nom de la religion, de la politique, de l’argent, de la terreur …

Est-ce vraiment cela que nous croyions expérimenter il y a quelques années ?

En ce temps-là, nous pensions que la révolution culturelle, civile, sexuelle, remplie des toutes ses idéologies, pouvait venir à bout de l’oppresseur, vous savez, les « gens d’en face », comme j’aime bien les appeler. Mais les années sont passées et notre regard a du mal à tenir sa vision au loin, et surtout à continuer de croire que tout est presque arrivé : notre liberté d’être, de penser, d’agir, et d’aimer.

Mais quel est donc ce carcan qui n’a pas trouvé son maître ? Quel est ce joug qui étouffe nos plus belles idées et qui les anéantissent dans l’instant ? Quel est ce mal-être qui fait ployer tous nos rêves pour les réduire en cendres ?

J’en arrive à croire, lorsque je contemple mon marronnier, qu’il regarde, lui aussi, les informations, qu’il vit dans le chao et la peur de rater son lendemain. Alors, il fait comme l’humain, il court ! Il court pour rattraper le temps qu’il n’a pas perdu. Il court avec frénésie de peur de louper son futur printemps, il court pour faire ses réserves de sève et se prépare peut-être, en sous sol, un tombereau de victuailles, au cas où cela irait plus mal …

Vous pensez que j’imagine, que j’extrapole ? Mais que faisons-nous ? Combien y-a-t-il d’entres vous qui vivent légers comme des plumes, qui se laissent porter par les vents tournants ? Combien, parmi vous, ne sont pas inquiets de ce qu’il pourrait se passer si …. Combien d’entre nous, les « éveillés », vivent dans une harmonie omniprésente, un calme divin, une allégresse continue et un lâcher prise total ?

Je ne me veux pas pessimiste, bien au contraire. Je voudrai juste vous réveiller un peu, afin que vous partiez en quête de cette magie qui vous entoure, et que vous laissiez tout ce qui va à contre courant de vos envies, de vos aspirations profondes, de vos désirs magiques.

J’aimerais que, tel ce marronnier un peu fou, vous contempliez que vous avez encore des fleurs dans vos cheveux, et que le moment est encore propice à la rêverie de l’été sans fin dans votre vie.

Nous n’avons pas besoin de « mourir » à cet hier pour construire ce demain car, quoi que nous fassions, nous emporterons avec nous toutes nos constructions, ou nos souvenirs, tout ce qui a fait de nous des êtres particuliers, à part, et uniques. Alors, êtes-vous prêts à accepter le fait que vous puissiez refleurir cet automne, cet hiver et que sans limite, vous soyez dans un eternel printemps, une jeunesse perpétuelle, qui vous permettra de mieux diriger vos pas, vers la liberté d’être ?

Rien ne peut s’accomplir dans la violence, dans la rancœur, dans la force, dans la lutte. Mais tout est possible avec nos sourires, nos rires, notre joie d’être, même si elle reste encore subtile, fugace ou instable. Elle seule peut nous offrir la puissance, la ténacité de faire refleurir sans cesse notre inestimable beauté. Nous sommes uniques et si précieux !

Ainsi, lorsque vous irez contempler votre création, n’oubliez pas de vous rappeler que c’est vous les acteurs principaux du film que vous contemplez. Et, que, si le scénario s’essouffle au bout de tant d’épisodes et de « saisons » recommencées, il ne tient qu’à vous de le modifier et même d’y inviter de nouveaux acteurs, de nouveaux tableaux, de nouveaux décors.

Enfin, si vous croisez mon marronnier, réconfortez-le. Il doit sans doute craindre de ne pas voir le printemps prochain, ou peut-être qu’il a décidé de ne se consacrer qu’au beau, qu’au soleil, qu’à la chaleur de sa vie en la parant ainsi d’un éternel printemps !

Tout vous appartient, vous êtes tout et vous pouvez tout ! Alors montrez-moi vos fleurs ! Et nous tisserons d’immenses couronnes pour accueillir les nouveaux venus en terres de l’Amour !

 DSC02190.JPG

 

Rédigé par Pascale ARCAN

Publié dans #Hitoires

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

becker dominique 21/09/2012 11:22

Bonjour, Pascale. Le même phénomène sur un pommier. En cueillant des pommes, notre ami a cru rêver en voyant des fleurs ! et pourtant les températures sont basses, limite gelée blanche ! quel
bonheur de recevoir les messages de Dame Nature ! Bonne et joyeuse journée à vous

Pascale ARCAN 22/09/2012 18:57



Ah oui, c'est fabuleux !! quelle farce que cette vie !!!!!!!



moumoune 20/09/2012 09:08

superbe cet arbre qui veux avoir "ses" fleurs pour ne pas tenir compte des saisons et du temps qui passe...

Pascale ARCAN 22/09/2012 18:59



Il a bien raison, il veut se tenir au dessus des autres et vivre comme il l'entend !! Ce doit être un arbre "femelle" !!!!



Laure 17/09/2012 15:16

Bon, alors sur la droite il y a un Être de la nature et on voit bien une tête avec les 2 yeux blancs.
Bisous et Belle journée

Pascale ARCAN 18/09/2012 08:24



wouawwwww ! bravo ... et merci !!!!



Laure 16/09/2012 22:26

Et sur la droite tu ne vois rien ?

Pascale ARCAN 17/09/2012 08:20



Heuuu, langue au chat !!!!!



Laure 16/09/2012 12:40

Il y a plus que cela sur la première photo... Qui le verra ?

Pascale ARCAN 16/09/2012 17:55



Bravo Laure !! il y a une énorme orbe sur le centre de l'arbre !!!! BRAVO !!!!!