C'est donc bien vrai, nous y sommes ...

Publié le 20 Septembre 2011

 

-cid_8505CC05-CC06-4429-A8CA-37312B1F5E4A-local.jpg

 

C’est donc bien vrai, nous y sommes ….

 

Cela fait combien de temps que nous parlons de ces fameux changements ?

Cela fait combien de mois, si ce n’est années, que nous attendons que ces cataclysmes se déchainent, que cette société s’effrite, que tout change ou bouge enfin ?

On dirait bien que cela a commencé.

Qui ne ressent pas des inconforts passagers, des fatigues qui se mêlent à notre vie quotidienne, à n’importe quelle heure du jour, et qui nous laissent éveillés et prêts à entamer une journée au milieu de la nuit ?

Qui ne se sent pas désemparé car rien ne fonctionne vraiment, ou démuni car tout à l’air de partir en fumée, que pas grand-chose ne se concrétise ou, au contraire, que tout se bouscule à une vitesse vertigineuse.

Il faut bien l’avouer, nous y sommes.

Nous y sommes dans ce tumulte qui bouleverse même ceux qui ne le savent pas, ceux qui n’ont « conscience » de rien, ceux qui paraissent rester droits et calmes, alors que le vent balaie tout sur son passage.

Mais nous ne sommes pas les seuls à avoir égaré notre boussole. 

Ne voilà-t-il pas que Dame nature perd ses repères et qu’elle mélange les saisons !

Au détour d’un chemin qui mène à notre demeure, je suis restée interloquée par le spectacle qui s’offrait à moi.

Depuis presque une semaine, déjà, (nous sommes le 20 septembre 2011), un prodige se manifeste sans que personne ou presque ne s’en aperçoive et surtout ne s’en inquiète.

Nous sommes bien en automne et s’il est un arbre qui « rouille » très vite ses feuilles, c’est bien le marronnier. Afin de nous offrir ces fruits épineux et laisser choir de beaux marrons luisants. Mais en ces temps si magiques, celui-ci a décidé que ce serait le printemps d’un côté et l’automne de l’autre.

J’ai pu me rendre à l’ évidence qu’il avait fait pousser des jeunes feuilles au bout de ses moignons rouillés, et qu’il nous a même gratifié de dizaines de fleurs en grappe, bien pimpantes, et fières de défier les temps !

Nous vivons vraiment une drôle d’époque, comme j’aime à le dire souvent.

Je suis passée le voir de temps en temps et, malgré l’absence de pluie, il fleuri toujours, et ses feuilles vertes s’enhardissent à continuer leur déploiement… Alors que tout le reste de l’arbre est presque déplumé, prêt à hiberner dans l’attente de nouveaux bourgeons….

Je vous confie, pour preuve, ces deux photographies, parmi d’autres,  … réalisées sans trucage ni subterfuge.

 

Quelle merveilleuse idée, nous avons eue, d’avoir pris la fille d’attente, afin de voir, de toucher, de sentir, de jouer et surtout de participer à ce magnifique recommencement. Mais ce sera une renaissance qui nous ressemblera enfin !

 

Je vous souhaite un fabuleux renouveau, car l’ancien fleuri déjà !

 

DSC01559.JPG  

Rédigé par Pascale ARCAN

Publié dans #Hitoires

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Cathy Froment 20/09/2011 18:54


C'est exactement cela... d'où la naissance d un malaise certain, profond parfois : hé oui la perte de nos repères habituels n'est pas aisée.... vacillement de nos certitudes, de ce que l on
connait... vaines tentatives de se cramponner à nos vieilles racines...
Lacher prise... se laisser entraîner par la vague (l'onde) qui nous surprend, nous prend, nous aspire, nous oblige à la suivre dans son mouvement bouleversant, nous submerge et nous noie... pour
que nous renaissions sur une nouvelle ile ... déserte ? inconnue ? pas si sur... Est-ce la l ultime épreuve de notre foi ????