Ai-je eu le choix ?

Publié le 23 Février 2013

 

311148_444439372282884_1617794838_n.jpg

Ai-je eu le choix ?

 

Alors que j’étais en train de calculer l’âge que j’allais avoir cette année, une partie du film de ma vie a défilé devant mes yeux. Mais pas n’importe quelle partie. J’ai perçu des moments de joie intense, de découverte de ma planète, ou entre amis.

Puis, des apprentissages longs et fastidieux pour devenir un être qui s’insère bien dans sa société, avec un métier, un foyer, une assurance maladie, des animaux de compagnie et toutes ces choses qui font que l’on ressemble à des êtres « normaux » et presque stéréotypés.

C’est en pensant ceci que des phrases sont revenues à mon esprit :

«Vas faire tes devoirs dans ta chambre,

Je suis trop grosse et moche, je ne trouverai jamais l’amour

Que tu es bête !

Je ne suis pas digne de Te recevoir

Si tu voulais bien t’en donner la peine, tu serais…

Tu n’es pas assez grande pour ça,

C’est l’âge bête, ça te passera

Cette année, la mode c’est comme ça… »

Puis, les mots se sont modifiés en :

« Il faut se marier avant d’avoir un enfant

Si tu n’as pas un bon métier, tu finiras à la rue … ».

Mais, malgré ces discours d’adultes ou d’anciens, celui qui aurait pu me laisser le plus de « traces » aurait été : « je ne suis pas digne de te recevoir ». Phrase tant entendue lors de mes passages obligés à la messe du village.

Pourquoi ne suis-je pas digne ? Qu’ai-je donc fait pour être forcée d’inventer de pieux mensonges au confessionnal ? Pourquoi être contrainte de m’agenouiller devant des statues, des choses inertes qui ne me parlent pas ? Vous me direz que cela fait partie d’une cérémonie, mais je n’arrive pas à en voir la beauté, ni ce qu’elle aurait du générer en moi : une quiétude salvatrice, un atout puissant qui me servirait à passer au delà des obstacles de la vie… et tant d’autres idées.

J’ai fait le tour de plusieurs idéologies, expérimenté pas mal de moments merveilleux, touché le fond, puis donné le fameux coup de talon pour redécouvrir les merveilles qui m’entourent. Et c’est dans cette splendeur que j’ai dénoué mes chaines.

Car, après un passage « obligé » dans les prémices d’une spiritualité différente, je me suis vue parler avec les êtres de lumière, ceux que l’on a nommé les maitres. Et, tout d’un coup, le même malaise, les mêmes interrogations sont revenues. Je me retrouvais à adorer des géants éblouissants, plus hauts, plus forts, plus puissants que moi. Ceux-ci m’enseignaient une autre façon de voir l’immensité de la vie, de reconnaître tout l’Amour qui est en moi et l’être divin que je suis aussi. Mais le simple fait d’avoir affaire à des êtres dits supérieurs me remontrait combien je me trouvais insignifiante. Et au risque de m’aimer plus, on me parla de cet égo sans mesure que risquait d’attraper tout être qui oserait se démarquer des autres pour affirmer sa propre lumière.

C’est ainsi que tous les « Ascensionnés » ont éteint leur Lumière pour me faire réaliser la mienne. C’est alors que je me suis laissée aller à me balader dans ma création, puisque je cessais de tout cataloguer, répertorier, classifier, en attribuant des grades ou des mentions supplémentaires.

Lors de ma promenade intergalactique, je n’ai plus vu de maitres, ni de disciples. Je n’ai pas vu d’ombre ni de lumière. Je n’ai pas contemplé d’horreurs ni d’imperfections, mais au contraire une diversité sans fin de beautés sans nom, vibrant à l’unisson. Plus de séparation, plus de compartiment, plus de haut ni de bas, plus rien qui ne soit laissé au hasard. Mais à l’inverse, un tout parfaitement orchestré, jouant avec lui-même…

Il m’a fallut un temps certain pour assimiler tout ceci, lui trouver une place dans mon expérience terrestre. J’ai passé des moments terribles, ballottée entre le voyage de ma redécouverte et mon expérience terrestre. Quelle dissonance, quelle cacophonie, quel dommage !

Encore, aujourd’hui, je ne puis donner consistance à tout ce que nous avons créé pour jouer à l’humain, sans me rendre compte de notre part de responsabilité à cette amnésie collective.

Bien sûr, ceux qui ont décidé de se réveiller à autre chose que la vie de tous les jours, doivent le faire en douceur, en toute quiétude et surtout être guidés par d’autres qui ont ouvert des routes, et parfois des voies à grande vitesse, dans la spiritualité. Mais, lorsque vous entendrez parler de discernement, sachez le retrouver en vous. Afin  que la part qui a soif de comprendre, ne se laisse pas endormir par d’autres dogmes, d’autres directives, d’autres théories qui ne mènent pas vers un chemin empli de légèreté, d’insouciance, de volupté, d’êtreté… Il n’y a malheureusement pas de mode d’emploi fiable, ni de ridelles pour vous éviter de passer de la section catéchisme à celle de la spiritualité « fourre tout ». Il n’y que vous et votre cœur qui sauront trouver le seul chemin qui ne vous musèlera pas, mais plutôt vous élèvera vers votre réelle Beauté.

Si vous voyez écrit que vous êtes le Tout, ce sera une des réalités, mais pas encore La réalité. Car le Tout reste quelque chose, ou quelqu’un, alors que l’infinitude la Création EST, tout simplement …

Ainsi, tout doucement, revenez dans le temple de votre cœur et voyez comme notre spiritualité, qui parait joyeuse, légère, subtile, nous demande encore d’être de petits apprentis devant des créatures de lumière bien plus beaux que nous, des maitres ascensionnés bien plus hauts, un Tout bien plus puissant que nous …

L’histoire pourrait se poursuivre encore, mais à quoi cela servirait-il ?

Nous sommes nés sur cette planète de jeu, mais il est temps de nous demander si ce jeu nourrit l’immensité que nous sommes ou s’il nous demande également de nous repentir de nos fautes humaines.

Et vous, que choisissez-vous d’être ? Libres ou tout petits ? L’Univers entier ou l’humain qui peine ? C’est uniquement lorsque vous aurez fait votre choix, que tout votre décor se modifiera et que nous nous retrouverons tous UN !

Mais, êtes-vous certains que vous serez encore là « demain », puisque tout ceci se déroule dans l’instant présent ?

Comme nous sommes Beaux et Immenses ! Sans dimensions, sans limites, sans fin ni début …

 

 

Rédigé par Pascale ARCAN

Publié dans #Se souvenir

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ayla 24/02/2013 11:59

Merci pour ce rappel qui me touche au plus profond à un moment de grand doute...et en toute simplicité, comme à chaque fois!
Merci infiniment.

Pascale ARCAN 10/03/2013 11:15



Merci, Fabienne, pour ce petit mot qui me va droit au coeur ... Merci d'être !



Dominique 24/02/2013 10:17

Coucou Pascale.
Comme d 'habitude avec toi tout est simple et criant de vérité. Je t embrasse trés fort.
Domi

Pascale ARCAN 10/03/2013 11:14



Coucou Domi et Lionel !


Je vous embrasse tous les deux et espère tant de vos nouvelles, bien trop rares .. où êtes-vous ? que faites-vous et surtout comment allez-vous ????


Merci d'être, tout simplement ....



DOUMENC 23/02/2013 14:24

Merci Pascale de ce rappel fort utile. Nous ne pouvons pas devenir Ce Que Nous Sommes déjà. Par conséquent toute recherche, quelle qu'elle soit, nous éloigne en effet de Qui Nous Sommes.
Bises.
Robert.

Pascale ARCAN 10/03/2013 11:17



Et nous, quand allons-nous nous rapprocher ? Cela fait si longtemps que nous n'avons pas partagé ensemble !!! De tout coeur,


Pascaline



karen 23/02/2013 13:58

Merci chère Pascale,

Tu ne seras pas étonnée si je me suis bien reconnue dans toutes ces pharases d'adultes que nous ingurgitons tous. Et il m'a fallu bien du temps avant de réaliser combien la beauté du coeur donne
toutes les solutions, à toutes les questions !!!!
Et... oui, nus avons le choix ...celui d'aller vers la Lumière.
je t'embrasse

Karen

Pascale ARCAN 04/03/2013 08:25



Et tu l'as fait !! Bravo et merci encore !!!! Des bisous câlins tendres !