A quoi sommes-nous attachés ?

Publié le 24 Janvier 2013

 

19224_4900420302146_228933748_n.jpg

A quoi sommes-nous attachés ?

 

Si nous regardons autour de nous, nous contemplons un paysage qui nous est propre. Que cela soit celui de notre maison, de notre jardin ou plus loin encore notre ville, notre pays.

Pour réaliser pleinement notre immersion dans le monde de la création, nous avons besoin de croire que tout ceci est réel, que tout ceci a une « consistance », que je peux sentir, palper et que vous pouvez contempler aussi.

Ce décor est-il le reflet de mon imagination ou suis-je perdue dans une conscience collective, qui me rattache aux ouvrages de tous ceux qui s’amusent avec moi, sur cette magnifique planète de Jeu ?

Ce qui me vient à l’esprit est surtout le fait de nos attachements, de nos reliances, les uns aux autres. C’est exactement comme si nous étions une immense cordée qui évolue dans un même élan, mais dans des décors totalement déférents. Je suis reliée à ma famille, à mes idées, à mes convictions profondes, comme vous l’êtes aussi. Je suis reliée à mon espace, mon lieu de vie, ma maison et ses objets divers, mes lutins de compagnie, mes frères à quatre pattes et ceux qui grignotent mes graines sur la fenêtre. Tous ces liens font de moi l’être que je suis. Et tous vos liens sont à l’image de votre perception de la vie, de la réalité. Mais, êtes-vous bien assurés que tout cela existe ?

Imaginez déjà le fait que chacun d’entre nous voit les images sous un angle différent et que personne ne vous donnera la même description d’un objet similaire. Reconnaissez que deux individus interpréteront un tableau de maître tout à fait différemment. Il n’est pas question de gout, d’affinités, mais tout simplement de perception des choses qui nous entourent.

Malgré que cela puisse être très déstabilisant, ressentez que cela peut ouvrir des portes vers l’inconnu, vers les possibles, vers la créativité, surtout celle de notre propre vie.

Nous ne sommes donc pas coincés dans un monde où les issues semblent fermées où les alternatives semblent s’amuser à nous échapper.

Tournons, quelques instants, notre intérêt sur le paysage de dehors, et regardons ensemble ce qu’il se produit, à travers la fenêtre. Voyez-vous la nature, avec ses oiseaux qui cherchent leurs victuailles ? Voyez-vous des véhicules qui roulent dans tous les sens ou obéissent aux feux rouges ? Voyez-vous ces étendues de mers bleutées ou ces montagnes aux sommets neigeux ?

Maintenant, imaginez ou faites le choix de changer de fenêtre pour examiner ce même décor. Vous voyez encore les mêmes mouvements, la même vie, mais pas tout à fait, puisque votre perception a modifié l’angle de vue. Certains détails sont apparus, d’autres ne sont plus visibles. Vous venez de découvrir qu’il suffit de bouleverser une seule chose pour que toute la création change et qu’elle vous offre son autre réalité.

Ainsi, prenez conscience que vous pouvez reproduire tout ceci pour votre expérience actuelle. Vous avez le « pouvoir » de modifier votre présent, votre futur et de l’arranger de manière à ce qu’il vous ressemble. Afin que vous soyez en symbiose et surtout que vous réalisiez que vous n’avez plus à subir quoi que ce soit. Vous tenez les rênes de votre expérience, vous avez toutes les possibilités pour modifier les paysages, les couleurs, les senteurs, mais aussi les personnages, le rôle de ceux-ci, et l’interaction qu’ils ont dans votre jeu.

Il fut un temps où vous avez appris que rien n’arrive sans raison. Aujourd’hui, vous comprenez la raison et vous savez que vous pouvez la transformer, ou même tout faire disparaître. En conséquence, au moment où vous ne croirez plus en quelque chose, cela s’effacera de votre « point de vue » et sera remplacé, ou pas, par un autre élément qui modifiera encore votre nouvelle réalité. Et ceci, à l’infini…

L’impermanence des choses prend enfin sa réalité d’expression et vous redevenez conscients de votre maitrise sur la matière qui vous entoure, comme sur le fait que tout est illusoire, même vous, même moi…

Si nous nous étions rencontrés voguant dans l’hyper espace, aurions-nous réellement les mêmes visages, le même corps physique ? Si nous nous étions revus sur une planète sans atmosphère, sans végétation, croyez-vous que nous ressemblerions encore à notre image actuelle ?

Je vous propose de repenser à ceci, de lui trouver une place dans votre cœur ou votre intellect, et de vous poser cette question : « qu’y a-t-il de plus important dans cette vie, dont je fais l’expérience, à cet instant même ? ».

Qu’y a-t-il de plus important pour moi ? Et à quoi suis-je tant attaché pour ne pas réaliser que je rêve ?

Peu importe ce que vous allez comprendre ou penser. Le plus précieux, pour moi, aura été d’ouvrir l’espace de votre cœur, de votre vie, de votre monde, et d’y faire entrer un « possible » de plus.

Ainsi, vos ailes immenses pourront se déployer à l’infini de vos réalisations… Puisque, pour le moment, nous sommes attachés à ce que nous croyons ….

 

Tendez les bras et … touchez, la Vie !

 

Publication sur la PG

 

Rédigé par Pascale ARCAN

Publié dans #Se souvenir

Repost 0
Commenter cet article

Helleu 24/01/2013 18:16

Bonjour Pascale,
Cet article me parle vraiment, je donne à manger aux oiseaux qui de régalent et en échange je les photographie, c' est merveilleux de prendre conscience de cette existence puis de suivre leur envol
pour aller voir plus loin d' autres Êtres que je découvrirai certainement, alors MERCI
Monique

Pascale ARCAN 25/01/2013 13:43



Ton message m'a fait sourire, puisque je nourris aussi tous les oiseaux de mon jardin, et ils sont nombreux, dans leur diversité, à aimer mes multiples graines ..... Tout est harmonieux .. à
notre Image !


Quelle merveilleuse histoire que nous réalisons tous ensemble ...


Pascaline