Je suis libre !

Publié le 11 Novembre 2014

Je suis libre !

Je suis libre !

En suis-je certaine ? A tout bien réfléchir, je ne sais plus, même si je fais de mon possible pour l’être ou du moins me sentir dans cet état. Toutefois, si je veux être honnête avec moi-même, et les autres, je m’aperçois que je suis enchainée, volontairement ou pas, à un système, à des expériences qui m’ont entrainée dans leurs obligations. J’ai pourtant parfois l’impression d’être non-conformiste, ne serait-ce que par ma façon de penser ou de faire, mais je ne me voile pas la face. La société, à laquelle j’appartiens, à fait de moi cet être qui se laisse tenter par ce qu’elle a de bon et de beau à m’offrir. Que cela soit cette merveilleuse plaque de chocolat en passant par ces voyages magiques que je voudrais tant réaliser. Les tentations de toutes sortes ne manquent pas. Je suis donc assujettie à un modèle auquel je dois me conformer, pour vivre ou survire. Je peux avoir un minuscule jardin, mais il ne sera jamais assez conséquent pour me nourrir toute une année. J’ai beau avoir une superbe vieille voiture pour me déplacer, si je ne lui donne pas son quota de carburant, je n’irai nulle part. J’ai beau aimer ma liberté, je dois régler mes factures, sans lesquelles je ne pourrai jouir d’un minimum de « confort » de vie, au milieu des assurances multiples et obligatoires. Toutes ces ficelles invisibles me retiennent prisonnière sans que je ne m’en rende compte, chaque jour.

Certains ont tenté de sortir de cette impasse et ont pu privilégier la vie naturelle, au prix d’un confort précaire mais qui leur convient, apparemment. Ce qui me laisse à penser, maintenant, que je n’ai pas souvent eu cette sensation de manque.

Lorsque j’ai quitté ma profession première, pour des raisons de santé, je me suis aperçue que j’avais dans mon entourage des personnages fabuleux. Trop jeune pour une retraite, j’ai du composer avec le « manque ». Pourtant, une voisine venait, une fois par semaine, déposer des cageots remplis de légumes, devant ma porte. Une autre me dépannait dans ce qui me manquait d’essentiel et, souvent, j’ai retrouvé du pain sur mon paillasson. Sans rien demander ou avouer, je n’ai donc jamais souffert de la faim. Peut-être plutôt de la solitude, mais elle a eu sa raison d’être pour me permettre d’éclore à ce que je suis devenue, depuis. C’est ainsi que j’ai compris que, pour être libre, il fallait se dépouiller de tout superflu. J’ai donné des meubles, des bibelots, des vêtements…

Sur un autre plan, cette même expérience m’a servie, dans l’élan spirituel que j’ai eu toutes ces dernières années. Pour épouser la totalité de ce que Je suis, j’ai du apprendre, écouter, conserver, jeter, trier, tout ce que diverses disciplines me proposaient, et oublier. J’ai fait l’expérience d’une certaine conscience que me présentaient des amis enclins aux choses de l’esprit et j’ai adoré. J’ai aimé passer de ma condition de « femme comme tout le monde », à quelqu’un qui pouvait s’élever et écouter les fables des plus éthérés. Quel délice de savoir qu’il existait tant et tant de possibles bien « au dessus » de moi ! Quelle joie d’entendre « qu’ils » pouvaient nous parler aussi gentiment.

Puis, prenant mon propre élan, j’ai laissé converser mes petites voix, celles qui m’ont guidée pendant mon envolée vers les hautes sphères. Celles-ci m’ont proposée d’aller encore plus loin, encore plus haut, et dépasser la barrière des illusions. Histoire de me faire entrevoir l’infini des possibles, non pas contenus dans des dogmes, des préceptes, des voix angéliques ou êtres « supérieurs », mais bien par le biais de la conscience de Tout ce qui Est, identique à la mienne. Quelle explosion, quelle escalade fulgurante dans la légèreté, quelle euphorie de se sentir libre et infinie ! Quelle fabuleuse expérience que de comprendre le jeu de chacun, le « pourquoi » de sa propre incursion dans l’errance parfaite !

A l’Amie qui m’a toujours dit que « tout est parfait », je la remercie de tout mon cœur. A ceux qui m’ont ouvert les yeux vers l’au-delà, je les gratifie aussi. A ceux qui ont supporté mes désillusions, mes pertes de confiance en l’humain, mon chagrin d’être enfermée dans ce corps, ma propension à détruire leurs propres errements, je dis merci. Sans vous, je ne serai ce que je suis aujourd’hui. Il est inéluctable que l’apprentissage de la Vie continue sans relâche. Nous n’aurons jamais fini de nous extasier, même lorsqu’il nous semblera avoir fait le tour de toutes les tendances spirituelles. Que nous en soyons en leurs balbutiements, ou déjà ancrés dans des convictions sclérosantes, mutines à souhait, pointues, délirantes ou « plombantes ». Chacune à sa raison d’être et servira de vecteur à d’autres découvertes.

C’est à cet instant qu’il est fabuleux de s’ouvrir encore, et laisser choir ce qui ne sert plus, ce qui rend triste, ce qui enferme, ce qui « brosse trop pour être honnête ». La gare de triage des convictions, des croyances, est immense. Mais comme son nom le suggère, elle permet tout de même de trier, de classer et surtout de ne garder que ce qui remplit une journée de joies simples. Sans obligation de faire ses classes, ses preuves, s’astreindre à des rituels spécifiques, sauf si cela rend heureux et léger. En cet instant précieux, que voulez-vous ? Rien ne vous oblige à continuer de servir, de donner, de vous minimiser, de vous sentir impuissant. Rien, à part vous-même, ne vous restreint. Et ne serait-ce pas un brin d’appréhension qui mutile vos envies profondes ? Pas celle d’une glace au chocolat, mais celle qui vous donnerait l’opportunité de partir d’où vous êtes, de saluer famille, amis, et de vous envoler vers d’autres horizons, que votre cœur désire tant connaître. Avouez que « l’on fait tout » pour vous faire croire que vous êtes importants et pourtant toujours cloués dans votre existence, au point de ne plus pouvoir subsister, vivre, rire, vous lâcher, être …

Parfois, il n’est pas nécessaire d’aller bien loin, ou juste à l’intérieur de soi. Histoire de demander à cet enfant, celui qui est vous, quel jouet il désirerait pour Noël. Et s’il vous propose de tout plaquer, de tout oublier, de recommencer tout au début, lorsque la conscience de votre Beauté était encore une évidence, suivez-le ! Il n’est jamais trop tard pour reprendre là où vous avez cessé de rêver, lorsque quelqu’un vous a proposé de croire en sa vérité, son chemin, son expérience, tous ces possibles qui n’ont jamais été vôtres. Avant de vous alanguir dans un fauteuil qui accueillera le doux ronron d’une télévision mensongère, vivez à fond ! Vivez à bras le corps vos envies de beau, de splendide, de folies. Vibrez comme un enfant qui ouvre un nouveau livre d’images et abandonnez-vous à songer que rien ni personne ne fera cette expérience à votre place. Car ce sera ainsi. Avant les regrets, il y a la joie d’être amoureux de vous, fiers de votre beauté, du reflet que vous offre votre glace, défiant tous ceux qui pourraient vous montrer du doigt. Vous êtes splendides dans vos imperfections, comme je le suis moi-même.

Je suis déjà debout et vous attends. Qui vient avec moi, chanter la Vie, gambader au milieu de Dame Nature, à la conquête de tous ses secrets, ici ou ailleurs ? A la rencontre de tous nos semblables, sans jamais juger leur expérience car, à leur place, je n’aurai pas fait mieux. Qui vient avec moi, vous, les autres Bouts de Moi-même ? Je vous attends.

Nous sommes libres !

Rédigé par Pascale ARCAN

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lola 22/12/2015 03:31

Je suis tombée par hasard sur votre article au début, intriguée, j'ai d'abord lu les commentaires puis j'ai entrepris de vous lire, amusée.
Je dois avouer que vos mots m'ont profondément touchés. J'ai 20 ans et je ne cesse de me remettre en question sur le pourquoi de ma vie, et autre question à ne plus quoi savoir répondre, penser.
Votre réalisme et votre optimisme m'ont touché, ils m'ont réellement touché... Parfois, la vérité est dure à accepter, et nos envies, nos projets demandent tant d'effort pour être réalisé qu'il est dur de savoir si on en a vraiment l'envie, puis on baisse les bras par conformisme. Et ce conformisme me fait bien peur, la peur d'entrer dans une routine qui va me conduire à gaspiller mon temps de vie sur cette Terre.
Merci d'avoir mis autant de joie, et d'optimisme dans ces mots. En effet, je suis libre, et j'ai tendance à l'oublier!

Merci, et bonne continuation vous en effet une perle de l'univers!

Pascale ARCAN 05/01/2016 17:09

Votre "chute" hasardeuse est un pur plaisir pour moi !!
Oui, nous avons tendance à plier sous le formatage médiatique ou culturel ou familial alors que le retour à notre véritable identité doit nous permettre de lisser nos ailes pour naviguer seule ou en compagnie, mais dans une légèreté quotidienne et sans fin. Nous le valons bien ! Amusez-vous à être ce bel oiseau bleu, libre et heureux de tout !! Chaleureusement vôtre .. Pascale A

paris serrurier 19/12/2014 21:16

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

Pascale ARCAN 05/01/2016 17:10

Avec plaisir et belle nouvelle année !

en savoir plus 05/12/2014 00:43

J'aime bien votre site internet , merci et bravo ! continuez comme ça !

Je me permet de mettre un lien vers mon site , n'hésitez pas à venir !

A trés bientot

Annie 16/11/2014 23:14

Merci Pascale pour ce beau texte qui vient du fond de votre coeur. Je vous rejoins complètement et je vibre à l'unisson avec vous. Je chante la Vie avec vous. Plus je vieillis et, plus je deviens émerveillée devant ce que Dieu nous offre. Dès que que je mets un pied par terre, le matin, je commence à dire Merci pour toutes les grâces qui me sont envoyées. J'ai décidé depuis longtemps de faire de ma vie un paradis et, ça marche! Je vous adresse mes amitiés. Annie

Pascale ARCAN 17/11/2014 16:51

Comme je suis heureuse, de faire partie de votre Paradis et vous du mien ... Tous les jours quelque chose de fabuleux nous attend, si peu que nous portions une petite étincelle qui brille dans notre cœur . La votre irradie de toute part, j'en suis certaine. Belle et douce expérience à vos cotés.....

Did 12/11/2014 19:00

Superbe, merci Pascale, Je retrouve une partie de mes réflexions....<3 <3 <3